scent-corner-asia-incense-0

Incense, the perfume of Asian temples

There are smells that are ubiquitous throughout Asia, and which are detected regardless of the country where you are. The language and writing may be different; sometimes even the religion or skin color, but some scents always remain the same. Incense, this mystical fragrance used in religious rites, is one of them. When you approach a temple in Asia, regardless of allegiance, the same smell of incense, warm and comforting, is always there to help awaken your senses.

Originally, incense is a resin produced by a small tree, Boswelia sacra, which grows wild in the Arabian Desert. The resinoid from the natural sap of this bush forms small stones when it comes into contact with the air. But also, the name incense extends to other pure resins commonly found today, such as myrrh and benzoin.

Traditionally, incense meant an aromatic resin whose perfume was exhaled when smoldering. This incense, depending on its source could, and still can, be composed of these various resins when skillfully mixed or used pure. The most common and traditional mode of combustion is to deposit these resins on a burning coal to incandescence.

In China, perfume and incense are designated by the same character: 香 Xiāng. The importance of this aromatic substance that has been ritually burning for thousands of years, is such that this character still represents one of the keys of classical Chinese writing. In its ancient form, the character represents a mouth, and the ability to speak or communicate, yet was surmounted by a plant or small tree, producing a rain of droplets. Xiāng therefore means literally in ancient Chinese, “The sap that enables communication”. The same character also designates the fragrance of virtue, good name and good example. The modern character Xiāng designates incense, so the fragrance, is now simplified and represents a tree overcoming the sun: an image evoking both the clarity and development.

This shows the good reputation of incense in China and throughout the Far East. Xiāng is one of the most laudatory adjectives that can be used as it evokes the odor of sanctity. The revered philosopher Confucius for example, spoke of an ideal government and asserted that, “It has to exhale a scent of incense,” before adding, “Your words can be fragrant as incense.”

In China, as in most Asian countries, incense should be ritually burned every day at home and at least once a month in the Temple, even if they are Buddhists, Confucians or Taoists; it is an essential disciplined ritual to help reach the greater Spirits. This tradition of incense is obviously not unique to China, since all of Asia up until India considers incense as the most beautiful gift that we can give to the ‘Supreme Being’, whoever he may be.

INCENSE7_LARGE_730x480

From a perfumistic perspective, incense is truly extraordinary thanks to the variety of the different existing resins, which partner with countless subtle blends; incense can be assayed and works differently depending on its use and its destination. Sometimes resins, flavored oils or even fragrant plants are added to emphasize or enhance the characteristics of each mixture. One can enjoy harmonious blends or simply traditional incense from various creations that correspond to a particular state of mind.

Before and even now, these natural incense products were often harvested, prepared, and mixed by various religious congregations of all stripes and faiths, who used them in some of their offices. One can find, for example, the Tibetan Buddhist incense, the Indian Buddhist incense, the Japanese Buddhist incense, the Thai Buddhist incense… that have each individually become related with different aspirations of their religion.

Throughout my travels in Asia, in each of the countries I have visited, I always try to explore the temples. Penetrating a warm world, where it is always thrilling for me to watch the faithful pray; when only the wisdom and devotion to their religion can be read on their faces. And then of course because of incense, this beautiful fragrance that I never tire of, a smell that produces a somewhat hypnotic effect to enable those present to enter the ideal trancelike state. The magic of this heady aroma is that it alerts the senses of a temple’s presence, before we can even see it; then in front of it, after striding towards the door, we lean forward facing the many incense bouquets that exhume everyday joys and even misfortunes.

But what certainly impresses me the most is the sheer variety of the sizes and forms of incense. Types may vary considerably from huge coils weighing up to almost a quintal to sticks that vary from the size of a tree trunk to the fragile stick that is only a few millimeters thick; or the smoking cone shaped studs which also display a myriad of sizes and colors.

The thin sticks are probably the most commonly used forms across the world. It should be understood that in China, Japan, Korea and Vietnam, and in all countries that have been culturally or religiously influenced by China, the incense sticks are used in odd numbers, unless either a funeral offering whereby, they are burnt in an even number.

Given the different mixtures which differ according to regions and beliefs, the smell of incense smoke is difficult to describe accurately and in its entirety. Nevertheless, one can recognize both ‘the stone-like coolness and the enveloping softness of cashmere’, giving it a warm smell, haunting and ultimately very oriental. Incense emanates a beautiful scent, a mystical perfume whose smoke columns reconcile the material and the spiritual, and remind us of the first sense of perfume: per fumum (through smoke).



L’encens, le parfum des temples d’Asie

Il y a des odeurs en Asie qui sont omniprésentes, que l’on décèle peu importe le pays où l’on se trouve. La langue et l’écriture y sont différentes, parfois même la religion et la couleur de peau mais certaines senteurs, elles, restent les mêmes. L’encens, cette odeur mystique utilisée dans les rites religieux, est de celles-ci. Dès que vous approchez d’un temple en Asie, peu importe son obédience, une même odeur d’encens, chaude et réconfortante, éveillera vos sens.

Originellement l’encens est une résine produite par un petit arbre, le Boswelia sacra, qui pousse à l’état sauvage dans le désert d’Arabie. Le résinoïde issu de la sève naturelle de ce buisson, au contact de l’air, se résinifie sous formes de petites pierres. Mais par extension, la dénomination d’encens s’étend aujourd’hui à d’autres résines pures comme l’oliban, la myrrhe et le benjoin.

De tout temps, l’encens désignait une résine aromatique dont le parfum s’exhalait lors de sa combustion lente. Cet encens, en fonction de sa provenance pouvait, et peut encore, se composer de ces diverses résines habilement mélangées ou utilisées pures.
 Le mode de combustion le plus habituel et le plus traditionnel consiste à déposer ces résines sur un charbon ardent jusqu’à incandescence.

En Chine, Parfum et Encens sont désignés par le même idéogramme:
 香 Xiāng. L’importance de cette substance aromatique que l’on brûle rituellement depuis des millénaires est telle que, ce caractère représente encore une des clés essentielles de l’écriture chinoise classique. Sous sa forme très ancienne, ce caractère représente une bouche, donc la capacité de s’exprimer, de communiquer, surmontée d’une plante, ou d’un petit arbre, produisant une pluie de gouttelettes.
 Xiāng signifie donc littéralement en chinois ancien, “la sève qui permet la communication”. Ce même caractère désigne également le parfum de la vertu, la bonne renommée et le bon exemple. Le caractère moderne Xiāng désignant l’encens, donc le parfum,
 est aujourd’hui simplifié et représente un arbre surmontant le soleil: une image évoquant à la fois la clarté et le développement.

C’est dire la bonne réputation de l’encens en Chine et par contrecoup dans tout l’Extrême-Orient. Xiāng est l’un des qualificatifs les plus élogieux que l’on puisse employer puisqu’il évoque irrémédiablement l’odeur de sainteté. Confucius en parlant d’un gouvernement idéal affirmait par exemple, “qu’il doit exhaler une senteur d’encens” ajoutant “puissent vos paroles être parfumées comme l’encens”.

En Chine, comme dans la grande majorité des pays d’Asie, il convient rituellement de brûler de l’encens tous les jours chez soi et au moins une fois par mois au Temple, fussent-ils Bouddhistes, Confucianistes ou Taoïstes; un rituel discipliné indispensable pour satisfaire les Esprits. Cette tradition de l’encens n’est évidemment pas unique à la Chine, puisque toute l’Asie jusqu’à l’Inde considère l’encens comme la plus belle offrande que l’on puisse faire à Dieu et ceci quel que soit son Nom.

INCENSE2_LARGE_730x480

D’un point de vue parfumistique, l’encens devient véritablement extraordinaire grâce à la variété des différentes résines existantes s’associant à une infinité de mélanges subtils; l’encens peut donc être doser et travailler différemment en fonction de son utilisation et de sa destination. Parfois sont ajoutées aux résines des essences aromatiques ou même des plantes odoriférantes qui soulignent ou accroissent les particularités de chaque mélange. 
On peut donc apprécier des mélanges harmonieux ou plus simplement, des encens traditionnels en provenance de divers sites de production et qui correspondent à un état d’esprit particulier.

Jadis et encore souvent maintenant, ces encens naturels étaient très souvent produits, récoltés, préparés et mélangés par diverses congrégations religieuses, de toutes tendances et de toutes confessions, qui les utilisent dans certains de leurs offices. On peut donc trouver, par exemple, de l’encens bouddhiste tibétain, de l’encens bouddhiste indien, de l’encens bouddhiste japonais, de l’encens bouddhiste thaïlandais… qui possèdent pour chacun d’entre eux des particularités spécifiques souvent en rapport avec les différentes aspirations de leur religion.

Au travers de mes voyages en Asie, à chacun des pays visités, je m’efforce toujours d’explorer les temples. Pénétrer un univers chaleureux, où il est toujours émouvant d’observer les fidèles prier, quand seules la sagesse et la dévotion se lisent sur les visages. Et puis bien sûr pour l’encens, cette superbe senteur dont je ne me lasse de m’enivrer, une odeur qui produit un effet hypnotique avéré, permettant d’atteindre l’état idéal pour recevoir les messages d’autres cieux. La magie d’un arôme entêtant qui alerte les sens sur la présence d’un temple avant même de pouvoir l’apercevoir; puis face à lui, dès la porte enjambée, on s’incline devant les nombreux bouquets d’encens qui chaque jour exhument joies et infortunes.

Mais ce qui m’impressionne certainement le plus est la diversité des tailles et des formes que revêtent l’encens. Des supports qui varient considérablement depuis les énormes serpentins pesant jusqu’à près d’un quintal arborant généralement en leur cœur des papiers griffonnés de prières. Puis il y a les bâtonnets qui varient de la taille imposante d’un tronc d’arbre jusqu’à la fragile baguette de quelques millimètres d’épaisseur; ou encore les clous fumants de forme conique qui eux aussi affichent une myriade de tailles et de couleurs.

Les bâtonnets restent sans doute les formes les plus communes et les plus utilisées. Il convient de savoir que tant en Chine qu’au Japon, en Corée, au Vietnam, et dans tous les pays ayant subi une influence culturelle ou religieuse issue de la Chine on les utilise en nombre impair, à moins qu’il s’agisse d’une offrande mortuaire où, dans ce cas particulier, ils sont brûlés en nombre pair.

Etant donné les différents mélanges qui se distinguent selon les régions et les croyances, l’odeur de fumée d’encens est difficile à décrire de manière précise et dans une globalité. On peut néanmoins lui reconnaitre de posséder à la fois ‘la fraicheur de la pierre et la douceur enveloppante du cachemire’, lui conférant ainsi une odeur chaleureuse, envoûtante et finalement très orientale.

Une magnifique senteur, un parfum mystique dont les colonnes étiques de fumée réconcilient le matériel et le spirituel, nous rappellant ainsi le sens premier du parfum: per fumum (par la fumée).

2 thoughts on “Incense, the perfume of Asian temples

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s