Your scented travel memories: La Paz

“Scents can be like music: that one note that only takes a second to pull your body out of it’s current existence and reset you in a former moment of nostalgia. And unlike the soundtracks to our trips, they’re so hard to recreate, or even put your finger on. So when you smell them again, it only takes you a second to travel back in time and feel the rush of the journey you were on at that point in your life. Even for just a moment, they completely envelope you in a time, a place, a person. A feeling that at the time probably felt unreplicable until you’re lucky enough to get a whiff of it again.

One of those first (and most powerful) scent memories is the smell of chamomile incense in South America. After falling in love in Rio de Janeiro, Brazil, I packed my bags and decided to move to Lima, Peru where my Peruvian had gone home to. Having come to South America alone, I decided to travel the long way from Rio de Janeiro to Lima – by land – to see as much as I could and to bookend my solo female travel on an adventurous note. It was my last stop before Lima, in La Paz, Bolivia.

I was already nostalgic that my trip was ending, but also excited by this new chapter of my life that was going to start. I signed up for a walking tour, which spent a decent portion of the time in the mystical Witches’ Market. High in the Andes, the traditional Bolivian women in their giant skirts and tall bowler hats vend every kind of love concoction, candles and powders, promising to bring anything from good fortune to your family to hexes on your enemies. Unidentified animals bones wrapped in colorful cloth, dyed furs, and even llama fetuses hang from store fronts, offerings for Pachamama. Weathered men sat, hiding under hats, reading tea leaves and cards to intrigued customers on small chairs in alleys. The crowded few blocks of this other-worldly market have their own energy, regardless of whether you buy into the magic or not. It’s one of a kind.

I didn’t realize at the time, but chamomile incense was burning in every shop. The same flavor that was subtly smoking throughout the city burned incessantly here, spilling out from behind the beautiful old women, wrapping around all of us as we stopped and admired.

Flash forward three months, and I have begun my travel blog (The Borderless Project) with Henry, I’m living in Lima, now speaking Spanish (which I didn’t know a word of when I was in La Paz), and a world away from my life a few months, on my next biggest adventure: my trip to Machu Picchu and Cusco, Peru.

We wandered through the high-altitude, cobblestoned city and found ourselves in the San Pedro Market: an explosion of colorful fabrics, thousands of bright fruits and vegetables on display, and plump little Cusquena women reminiscent of those I had bought my souvenirs from in Bolivia. And there it hit me: that same incense from the Witches’ Market. I was transported back to what felt like a lifetime ago: traveling alone, following my heart to a foreign corner of the world, and at the cusp of the biggest turning point in my trip. It took me a second to be pulled back. I’ll never forget it. I kept asking, what is that smell? It smells like La Paz, like the Witches’ market. What is that smell?!

Henry told me it was chamomile incense – they often burn it in the highlands. And as we continued through the city of Cusco, as we stopped in tiny towns on the way to Machu Picchu, as we traveled throughout the rest of the Andes, the scent that seemed so unique and foreign before continued to pull me back to La Paz, and to give me a moment in time to which I could constantly mark how far I’d come. How quickly (and wonderfully) life could continue to grow as I traveled across South America. Each of the times I’ve smelled it since are now seared into a beloved little part of my memory, and I know when I return to South America it will draw me back once again.”

Megan & Henry (American & Peruvian, California)
@theborderlessproject

If you also want to share your best scented travel memories, email your story at blog@scentcorner.com. Please don’t forget to mention your name, city and nationality and feel free to include some of your pictures to illustrate (Minimum resolution 120 pixels/inch).



Vos souvenirs de voyage parfumés: La Paz

“Le parfum se veut comme la musique: une seule note, le temps d’une seconde, peut suffire pour emmener le corps hors du temps, loin de son existence actuelle vers un moment de pure nostalgie. Mais contrairement à une bande sonore, il est difficile de recréer ce parfum, ou ne serait-ce que de remettre le doigt dessus. Alors, quand on a la chance de le sentir à nouveau, la première note suffit pour vous faire voyager dans le temps et ressentir avec exactitude toute l’intensité du moment passé. L’espace d’un instant, ce même parfum nous enveloppe et nous entraine vers un autre temps, dans un autre lieu, avec une autre personne… Une atmosphère ou un sentiment que l’on pensait alors probablement impossible de reproduire et qui soudain reprend vie.

L’un de mes premiers souvenirs olfactifs en Amérique du Sud (et probablement le plus puissant) fut l’odeur de l’encens de camomille. Après être tombée amoureuse à Rio de Janeiro, au Brésil, j’ai décidé de faire mes valises et de déménager à Lima, au Pérou pour suivre et m’installer avec mon compagnon péruvien. Alors que j’étais venue seule en Amérique du Sud, j’ai alors préféré effectuer le long chemin qui sépare Rio de Lima – par la route – afin de faire de nouvelles découvertes et finaliser mon voyage en solo par une petite note d’aventure. J’étais alors à La Paz, en Bolivie, mon dernier arrêt avant d’atteindre Lima.

D’ores et déjà nostalgique de voir mon voyage se terminer, j’étais aussi excitée par ce nouveau chapitre de ma vie qui allait commencer. Je m’étais alors inscrite pour une visite de la ville de La Paz, où nous avons passé une large partie du temps à arpenter le marché mystique des sorcières. Dans les Andes, les femmes boliviennes, habillées de leurs géantes jupes traditionnelles et de leurs hauts chapeaux melon, vendent toutes sortes de concoctions, de bougies et de poudres, promettant d’apporter bonne fortune à votre famille et malheur à vos ennemis. Des os d’animaux non identifiés enveloppés dans du tissu coloré, des fourrures teintes ou des foetus de lama pendaient sur les devantures des magasins en guise d’offrandes pour Pachamama. Des hommes à la peau tannée, cachés sous leurs chapeaux, lisaient l’avenir avec des cartes ou des feuilles de thé face à des clients intrigués assis sur de petites chaises dans les allées. Les quelques rues bondées de ce marché d’un autre monde dégagent une énergie singulière. Que l’on croit ou non à la magie, c’est un endroit véritablement unique en son genre.

Je ne le savais pas à l’époque, mais l’encens de camomille brûlait dans chacune des échoppes. Un parfum que l’on pouvait subtilement rencontrer au cœur de la ville, mais qui brûlait ici sans cesse et nous enveloppait de toute son intensité tout comme ses belles vieilles femmes boliviennes, qui nous encerclaient de leurs couleurs si l’on avait le malheur de s’arrêter ou d’admirer un achat éventuel.

Trois mois plus tard, j’avais alors commencé mon blog de voyage (The Borderless Project) avec Henry, j’habitais désormais à Lima et parlais espagnol (alors que je ne connaissais pas un mot quand j’étais à La Paz). Véritablement à des kilomètres de ma vie quelques mois auparavant, je me préparais pour ma prochaine grande aventure: un voyage à Cusco et au Machu Picchu au Pérou.

Nous nous sommes promenés sur les hautes altitudes péruviennes, à travers la ville pavée de Cusco jusqu’à atteindre le marché de San Pedro: une explosion de tissus colorés, des milliers de fruits et légumes aux couleurs vives, et une myriade de petites cusqueña, ces femmes dodues qui me rappelèrent tendrement celles rencontrées en Bolivie. Et là, il me frappa: ce même parfum d’encens du marché des sorcières. Je fus instantanément transportée dans un souvenir qui me semblait être à des années lumière de l’instant présent: me voyant soudain voyager seule, dans une région du monde alors totalement étrangère, et à l’aube du plus grand tournant de ma vie. Il ne m’aura fallu qu’une seconde pour faire un tel voyage dans le temps, je ne l’oublierai jamais. Je commençai à demander tout autour de moi, mais quelle est cette odeur? C’est le parfum de La Paz, le parfum du marché des sorcières… Quelle est cette odeur?!

Henry me précisa alors qu’il s’agit de l’encens de camomille – couramment utilisé dans les villages d’altitude. Et alors que nous continuons notre voyage à travers la ville de Cusco, alors que nous nous arrêtions dans de petits villages sur le chemin vers le Machu Picchu, alors que nous voyagions à travers l’immensité de la Cordillère des Andes, ce parfum d’encens de camomille qui me semblait alors si unique et étranger ne cessait de me ramener à La Paz, comme pour me remémorer constamment d’où je venais et le chemin parcouru. Prendre conscience que la vie passe si rapidement, et continue si merveilleusement. Un parfum désormais gravé dans un coin de ma mémoire, mais qui je le sais ressurgira à nouveau, à chacun de mes voyages en Amérique du Sud”.

Megan & Henry (Américaine & Peruvien, California) 
@theborderlessproject

Si vous aussi souhaitez partager vos plus beaux souvenirs de voyage parfumés, envoyez votre récit à blog@scentcorner.com sans oublier de mentionner votre nom, ville et votre nationalité. N’hésitez pas à inclure quelques unes de vos photos en guise d’illustration (Résolution minimum 120pixels/cm).

One thought on “Your scented travel memories: La Paz

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s