scent-corner-interview-marie-aoun-0

Meet with Marie Aoun

Ten years in fashion and a strong interest in plants and gardening lead Marie to naturally turn to perfumery. Trained in Italy, she is passionate about natural perfumery and particularly for the aromatic ingredients that are native to her country: South Africa.

Back in Johannesburg, she has created Saint d’Ici, a collection of natural perfumes exclusively produced in limited editions, without the fear of upsetting the traditional way of operating in the fragrance industry. She decided to only work with independent perfumers located all around the world, and to source her ingredients directly from small African producers ensuring the ability to promote fair trade and to minimize their impact on the environment.

This month, Marie unveils the very first collection of Saint d’Ici via a crowdfunding campaign on Indiegogo. A way to start the production, while offering her products on pre-order to enthusiasts around the world. Meet a daring and deeply passionate woman.

What was your first olfactory memory?

My first olfactory memory is very close to the home of French perfumery. My grandparents lived in Saint Jeannet, a small town in the South of France not far from Grasse, and I spent a good part of my early childhood there. I particularly remember my grandmother’s rosemary hedge. I thought it was the most fabulous thing that I was allowed to pick the leaves and eat them at my leisure. My grandmother would also take me with her to harvest lavender that was (as far as I can recall) growing wild close to their house. She stuffed the lavender into small drawstring bags for our wardrobes. I still have it amongst my clothes. I’m not sure whether it’s been refreshed without my knowing but it still smells of lavender!

How did you come up with the idea to launch Saint d’Ici?

It was an organic process so it’s hard to pinpoint an exact moment. A good friend of mine works as a perfumer for a large perfume house and, through her, I became increasingly interested in perfumes. At the same time, I was becoming increasingly disillusioned with the fashion industry that I had been working in for ten odd years. My escape at the time was gardening and I was seriously considering a dramatic career move in this direction. I decided to study the idea further and enrolled in a Masters of Commerce. At some point I realised that both of my worlds meet in natural perfumery. I read voraciously, trained with AbdesSalaam Attar of La Via del Profumo in Italy, and slowly worked my way through the different stages of understanding natural perfumery. Being an outsider has its advantages. I hadn’t been shaped by an industry into believing that things need to be a certain way. The personality of Saint d’Ici is the result of a lot of “but why not?” questions. I’m increasingly realising that what we stand for on the whole is somewhat unorthodox in the perfume industry. I think that’s a good thing.

What is the story behind the name?

It’s directly related to my olfactory education. I grew up on classic scents: my grandmother has always worn Ma Griffe, my mother Chanel no. 19, my father wore perfumes dominated by black pepper and one of my first perfumes at the tender age of 11 was 4711 Original Eau de Cologne (believe it or not, but I really loved it!). When I started blending I was still gravitating towards classic ingredients. Gradually, as I sourced more ingredients from southern Africa, I came across another world of scents: rich, dusty, sweet-herbaceous, animalic, deep smells. I was finally able to match my experiences of the two worlds that I grew up in. It wasn’t Saint Jeannet anymore, but Saint d’Ici (of here in French).

Describe your brand in 3 words

Let nature be your teacher (I tried but I need 5!)

Why are Saint d’Ici perfumes so unique?

We focus is on the ingredients themselves; they are the inspiration all the way. The rest just leads from this.

My husband runs a project with urban farmers in Soweto, so I suppose that supporting small-to-medium-scale farmers is something that is close to my heart. Farming for the extraction of perfume ingredients is such a good opportunity for farmers that so desperately need high-value crops to compete. At the same time, people are increasingly wanting to know what the impact of their purchasing decisions are. We’ve coined the term farmer-to-fragrance to reflect this philosophy. Showing where and how the ingredients that we use are grown. Supporting small-scale farmers, socially-minded projects and environmentally sound businesses, wherever possible. There are difficulties with working in this way. Firstly, it means that the quality of the oils must be checked in-house. Luckily, thus far, a lot of these smaller projects have delivered top-quality ingredients. The second difficulty is that, since Saint d’Ici doesn’t purchase their ingredients from large fragrance suppliers who work hard at standardising their product, the variability of the ingredients from one season to the next is far greater.

After mulling over this second difficulty for a while together with the perfumers that I work with, we decided that this was in fact an opportunity. Why try to control the elements? Good winemakers don’t try to standardise the outcome. They consider the personality of the harvest that year and do their best to create a blend that will celebrate it. Subscribing to the same philosophy, we offer only limited edition perfumes. I am not referring to small-batch production here but true limited editions – 50 or 300 or 500 bottles of a particular blend. In this way, our blends also have a year and terroir, a time and a place. The other advantage to limited edition runs is that, as perfumers, we have far more creative freedom. We don’t need to try to standardise our offering for a broad majority. The more daring blends simply have smaller runs. What we’ve ended up with is an open and continuous creative process.

This brings me to my final point about Saint d’Ici: we work with various perfumers. Most of these perfumers are self-taught, but incredibly talented natural perfumers. In this way, different voices and different creative styles are being brought in. I send the perfumers ingredients to work with and these form the basis of the inspiration for blends.

Our botanical riches have been used by indigenous southern Africans since the dawn of humankind. The tip of Africa has the third highest level of biodiversity in the world. Although South Africa represents less than one per cent of the world’s land surface, it accounts for 10 per cent of known flowering plants.

What are your favorite raw materials? 

The bitter orange tree: A dream from start to finish. Orange Blossom Absolute, Neroli, Bergamot, Petitgrain and Bitter Orange. Sweet, fresh and tender perfectly offset with a good dose of bitterness.

Rose Leaf Concrete: I have a 1960s copy of Arctander where he wonders at the relative lack of interest in Rose Leaf Absolute. Strangely, it still seems relatively rare today. We source ours locally in South Africa. We are still struggling to develop a good quality absolute from the concrete. However, it is our favourite ingredient in solid perfumes. It sits so well alongside Persian Rose to create a beautiful unisex, green, slightly spiced rose.

Namibian Myrrh (Omumbiri): the Himba women in Namibia have always collected the resin from the Commiphora wildii tree for perfume. Not only is it a beautiful scent in its own right but it also seems to blend well with virtually anything, adding a depth to blends without drawing too much attention.

Ouhout (Leucosidea sericea): Directly translated in Afrikaans as ‘old wood’, the name apparently comes from the fact that, although it’s a small evergreen tree, its wood burns slowly and creates a lot of smoke similar to that of old decaying wood. The same is true of its scent: deep and ancient, like opening an old, weathered, wooden chest. It’s also a favourite with the other Saint d’Ici perfumers.

Where does your inspiration come from?

It all starts with an ingredient. Understanding its personality, its light side, its dark side. Next I find some friends for it – those ingredients it will blend well with. Then I think about the different, less obvious, directions it might go in. I’ll typically try two to three different directions and choose the best. Salaam taught me to make perfumes quickly, with few main ingredients and to stay true to the brief that you’ve set for yourself. I don’t agonise over blends. If it’s not right it’s better to start again.

How would you define the olfactive identity of South Africa? 

If I have to think of one specific scent, it’s the lingering smell of smoke from wood fires of the night before. Most South Africans like nothing better than to cook their food on an open flame. Many also still use open fires to warm themselves in winter. Traditional homes absorb the smoke and it permeates both their inhabitants and their things. Even city-dwellers reconnect with the bush by sitting in front of an open fire. It’s ancestral but it’s also still so present.

The other scent that initially hit me when I moved to rural South Africa from Belgium was the dustiness. It’s even present in the city I live in: Johannesburg. In winter the dry wind picks the dust up from the outskirts of the city and in summer its scent hits us hard as soon as the first raindrops come down from the highveld storms.

What do you think make South African scents so unique?

Perfume arguably originates in southern Africa. The oldest humans on earth, the San, derive their name from the aromatic plants that they rubbed over their bodies together with fats. According to van Wyk and Gericke who wrote a book titled People’s Plants, San, Son or Sab was the original Khoi name for Nama Buchu. The full name for the San was Sonqua, Sanqua or Tanqua, with the ‘qua’ suffix referring to ‘me’ or ‘people’. The San were therefore called ‘the people or men who use aromatic bushes to anoint their bodies’.

Our botanical riches have been used by indigenous southern Africans since the dawn of humankind. The tip of Africa has the third highest level of biodiversity in the world. Although South Africa represents less than one per cent of the world’s land surface, it accounts for 10 per cent of known flowering plants. In fact, southern African plants have been exported around the world and are now staples in many gardens globally. These include agapanthus, plumbago, arum lillies, gladioli and freesias.

Another southern African native to have travelled abroad is the Rose Geranium, Pelargonium graveolens. Its potential as a substitute for rose oil was immediately recognised by European settlers and it was brought back to Europe where it was selectively bred to maximise its rosiness. The French grew it on a large scale in the Reunion Islands, where it came to be known as Bourbon Rose Geranium. South African rose geranium growers have imported this variety back to South Africa and we are now one of the largest producers globally of Rose Geranium oil.

So this is what makes South African perfume unique: it’s a return to source, an opportunity to celebrate our incredible biodiversity through scent and all this within the framework of modern natural perfumery and its extraction methods. It’s perfume that’s come full circle.

A warm thank you to Marie Aoun for this exclusive interview before launch. Click here to discover Saint d’Ici perfumes range and support this wonderful project! 



RENCONTRE AVEC MARIE AOUN

C’est après dix années passées dans la mode et un fort intérêt pour les plantes et le jardinage, que Marie se tourne naturellement vers la parfumerie. Formée en Italie, elle se passionne pour la parfumerie naturelle et particulièrement pour les ingrédients aromatiques natifs de son pays: l’Afrique du Sud.

De retour à Johannesburg, elle imagine Saint d’Ici, une collection de parfums naturels produits exclusivement en éditions limitées, sans peur de bousculer quelque peu le fonctionnement traditionnel de notre industrie. Elle décide de travailler avec des parfumeurs indépendants situés aux quatre coins du monde, et de sourcer ses ingrédients directement auprès de petits producteurs africains s’assurant ainsi de favoriser le commerce équitable et de minimiser leur impact sur l’environnement.

Ce mois-ci, Marie dévoile la toute première collection de Saint d’Ici via une campagne de financement participatif sur Indiegogo. Une manière de lancer sa production et d’offrir ses créations sur pré-commande à des amateurs du monde entier. Rencontre avec une femme audacieuse et profondément passionnée.

Quel est votre premier souvenir olfactif?

Mon premier souvenir olfactif se situe tout proche des origines de la parfumerie française. Mes grands-parents vivaient à Saint Jeannet, une petite ville dans le sud de la France non loin de Grasse, où j’ai passé une bonne partie de mon enfance. Je me souviens particulièrement des haies de romarin de ma grand-mère. Je trouvais fabuleux de pouvoir ramasser les feuilles et les manger à ma guise. Ma grand-mère m’emmenait aussi avec elle pour récolter la lavande qui (pour autant que je m’en souvienne) poussait à l’état sauvage non loin de sa maison. Elle utilisait les fleurs de lavande pour confectionner des petits sachets qui parfumeraient les armoires. Encore aujourd’hui, je les ai toujours dans mes vêtements ; peut-être ont-ils été rafraîchis à mon insu, mais ils diffusent toujours des années plus tard cette belle senteur aromatique!

Comment avez-vous eu l’idée de lancer Saint d’Ici?

Cela m’est venu assez naturellement, il est difficile d’identifier un moment précis. Une de mes bonnes amies travaille comme parfumeur pour une grande maison de parfum et, à travers elle, je me suis peu à peu intéressée à ce domaine. A ce moment là, je devenais de plus en plus déçue par l’industrie de la mode pour laquelle je travaillais depuis dix ans. Mon évasion à l’époque était le jardinage et j’envisageais sérieusement un changement de carrière dans cette direction. J’ai alors décidé d’étudier l’idée plus profondément et je me suis inscrite dans une école de commerce. À un moment donné, j’ai réalisé que mes deux mondes se rencontraient dans l’univers de la parfumerie naturelle. J’ai alors beaucoup lu sur le sujet et ai suivi une formation de parfumeur auprès d’AbdesSalaam Attar de La Via del Profumo en Italie, pour peu à peu tracer mon chemin dans la compréhension de la parfumerie naturelle. Venir de l’extérieur a ses avantages. Je n’ai pas été façonnée par une industrie pensant que les choses ont besoin d’être d’une certaine façon. La personnalité de Saint d’Ici est le résultat de beaucoup de “pourquoi pas?”. J’ai de plus en plus conscience que ce que j’essaye de défendre est quelque peu inorthodoxe dans l’industrie du parfum. Je pense néanmoins que c’est une bonne chose.

Quelle est l’histoire derrière le nom Saint d’Ici?

Il est directement lié à mon éducation olfactive. J’ai grandi entourée de parfums classiques: ma grand-mère a toujours porté Ma Griffe, ma mère Chanel no 19, mon père des parfums largement dominés par des notes de poivre noir et l’un de mes premiers parfums à l’âge de 11 ans était 4711 Original Eau de Cologne (croyez-le ou non, mais je l’adorais!). Quand j’ai commencé à formuler j’avais naturellement tendance à utiliser les ingrédients classiques. Puis peu à peu, alors que je sourçais de plus en plus de matières premières provenant d’Afrique du Sud, j’ai découvert un autre monde de parfums: riche, profond, poussiéreux, herbacé, animal. J’étais enfin capable de conjuguer mes expériences des deux mondes dans lesquels j’ai grandi. Ce n‘était plus Saint Jeannet, mais désormais Saint d’Ici.

Décrivez votre marque en 3 mots

Apprendre de la nature (j’ai essayé mais il m’en faut 4!)

Pourquoi les parfums Saint d’Ici sont-ils si uniques?

Nous nous concentrons sur les ingrédients, ils sont notre source d’inspiration du début à la fin. Le reste ne fait qu’en découler.

Mon mari s’occupe d’un projet social avec des agriculteurs urbains à Soweto, aussi il me tenait à cœur de soutenir les producteurs à petite et moyenne échelle. La culture des plantes à parfum est une excellente opportunité pour les agriculteurs qui ont désespérément besoin de cultures dites de valeur pour faire face à la concurrence. En parallèle, les consommateurs deviennent de plus en plus désireux de connaitre l’impact de leurs décisions d’achat. Nous avons imaginé le terme ‘farmer-to-fragrance’ qui signifie du producteur au parfum pour refléter cette philosophie. Nous souhaitons montrer où et comment les ingrédients que nous utilisons sont cultivés tout en soutenant autant que possible les petits producteurs via des projets socialement responsables et respectueux de l’environnement. Il y a des difficultés à travailler de cette façon. En premier lieu, cela signifie que la qualité des huiles doit être contrôlée en interne. Par chance, un grand nombre de ces producteurs ont su livrer des ingrédients de première qualité. De plus, puisque Saint d’Ici ne peut acheter ses ingrédients auprès de fournisseurs de grande taille, qui travaillent dur à standardiser leurs produits, l’autre difficulté réside dans la variabilité des ingrédients d’une saison à l’autre qui est extrêmement importante.

Après avoir réfléchi un certain temps à un moyen de pallier cette contrainte, nous avons décidé que cela pouvait finalement devenir une opportunité. Après tout pourquoi essayer de contrôler les éléments? Les bons vinificateurs n’essayent pas de normaliser les résultats d’une vendange ; ils acceptent la personnalité de la récolte annuelle et font de leur mieux pour créer un mélange qui la célèbre. En partant de la même idée, nous avons décidé de proposer uniquement des parfums en éditions limitées. Je ne parle pas de production en petite série, mais de véritables éditions limitées – 50, 300 ou 500 bouteilles d’un parfum en particulier. De cette façon, nos mélanges sont labélisés d’une année et d’un terroir, d’une période et d’un lieu qui leur sont spécifiques. L’autre avantage à effectuer des éditions limitées est qu’en tant que parfumeurs, nous avons une plus grande liberté de création. Nul besoin d’essayer de normaliser un produit pour essayer de plaire à tout le monde. Les mélanges les plus audacieux sont tout simplement produits en plus petites séries. Ce qui nous offre un processus créatif libre et continu.

Enfin, le dernier point qui fait la spécificité de Saint d’Ici est que nous travaillons avec différents parfumeurs. La plupart sont autodidactes, mais tous incroyablement talentueux. Une manière de rencontrer et d’allier différents styles créatifs. J’envoie aux parfumeurs les ingrédients naturels avec lesquels ils doivent travailler et cela constitue la base d’inspiration de leurs créations.

Nous avons iMAGINé le terme ‘farmer-to-fragrance’ qui signifie du producteur au parfum. Nous souhaitons montrer où et comment les ingrédients que nous utilisons sont cultivés tout en soutenant autant que possible les petits producteurs via des projets socialement responsables et respectueux de l’environnement.

Quelles sont vos matières premières favorites?

L’oranger amère: Un rêve à lui tout seul, il produit l’absolue de fleur d’oranger, le néroli, la bergamote, le petit grain et l’orange amère. Autant de notes douces et fraîches parfaitement équilibrées avec une bonne dose d’amertume.

La concrète de feuilles de rose: J’ai un livre des années 60 d’Arctander dans lequel il se questionne au manque d’intérêt pour l’absolue de feuilles de rose. Curieusement, c’est une matière qui semble encore relativement rare aujourd’hui. Nous nous approvisionnons de la nôtre localement en Afrique du Sud. Il est difficile de développer une bonne qualité d’absolue depuis la concrète. Cependant, il reste notre ingrédient préféré dans les parfums solides. Il s’accorde si bien à la rose Perse pour un parfum rosé mixte, à la fois vert et légèrement épicé.

La myrrhe de Namibie (Omumbiri): les femmes Himba en Namibie ont toujours recueilli la résine de l’arbre Commiphora wildii pour son parfum. Non seulement elle dégage une odeur magnifique, mais elle se mélange avec pratiquement tout, ajoutant de la profondeur à une formule sans néanmoins trop attirer l’attention.

L’ouhout (Leucosidea sericea): qui se traduit en Afrikaans par «vieux bois». Le nom vient apparemment du fait que, bien qu’il soit un petit arbre à feuilles persistantes, son bois brûle lentement et crée une fumée épaisse semblable à celle d’un vieux bois en décomposition. La même chose est vraie de son parfum – à la fois profond et ancien, semblable à un vieux coffre en bois que l’on viendrait d’ouvrir. C’est également un des ingrédients favoris des autres parfumeurs Saint d’Ici.

D’où provient votre inspiration?

Tout commence avec un ingrédient. Comprendre sa personnalité, appréhender ses bons et ses mauvais côtés. Ensuite, je lui trouve les amis avec lesquels il se marierait bien. Je réfléchis aux directions vers lesquelles je peux aller, celles qui feront la différence, les moins évidentes. J’essaye généralement deux ou trois pistes différentes et finis par choisir la meilleure. Salaam m’a appris à faire des parfums rapidement, se focaliser sur quelques ingrédients principaux et de rester toujours fidèle à son brief initial. Je n’agonise pas mes formules, si ça ne fonctionne pas, il est préférable de recommencer à zéro.

Comment définiriez-vous l’identité olfactive de l’Afrique du Sud?

Si je dois penser à un parfum spécifique, il s’agirait de l’odeur persistante de fumée, provenant des feux de bois qui ont brûlé la nuit passée. La plupart des Sud-Africains aiment faire cuire leur nourriture directement sur les flammes. Beaucoup utilisent un poêle ou une cheminée pour se réchauffer l’hiver. Les maisons traditionnelles absorbent cette fumée et elle imprègne aussi bien les objets que les habitants eux-mêmes. Même les citadins aiment renouer avec l’esprit du bush en s’asseyant devant un feu de camp. C’est une pratique ancestrale, mais encore si présente.

L’autre parfum qui m’a particulièrement frappé quand je suis arrivée de Belgique en Afrique du sud rurale fut une forte odeur de poussière. Elle est encore très présente dans la ville où je vis à Johannesburg. En hiver, le vent sec ramasse la poussière contre la périphérie de la ville tandis qu’en été son parfum nous frappe brutalement dès la tombée des premières gouttes de pluie provenant des tempêtes du Highveld.

Qu’est-ce qui fait selon vous l’unicité des parfums sud-africains?

Les origines du parfum proviennent probablement de l’Afrique australe. Le peuple le plus ancien du monde, le peuble San, tire son nom des plantes aromatiques qu’ils frottaient sur leurs corps mélangées à de la graisse. Selon van Wyk et Gericke qui ont écrit un livre intitulé People’s Plants, San, Son ou Sab était le nom d’origine du Nama Buchu, une plante aromatique que l’on trouve dans le bush africain. Le nom complet du peuple San était Sonqua, Sanqua ou Tanqua, le suffixe “qua” se référant alors à “moi” ou à “peuple”. Les San étaient donc littéralement surnommés “le peuple qui utilise des buissons aromatiques pour oindre leur corps”.

Nos richesses botaniques ont été utilisées par les populations indigènes d’Afrique australe depuis l’aube de l’humanité. La pointe de l’Afrique détient le troisième plus haut niveau de biodiversité dans le monde. Bien que l’Afrique du Sud représente moins d’un pour cent de la surface terrestre, elle regroupe pas moins de dix pour cent des plantes et espèces florales mondiales. En fait, les plantes d’Afrique australe ont été exportées dans le monde entier et ornent aujourd‘hui de nombreux jardins à travers le monde. Des fleurs aussi diverses que par exemple l’agapanthe, le plumbago, l’arum, le glaïeul ou le freesia.

Une autre plante native d’Afrique du sud à avoir voyagé à l’étranger est le Géranium, Pelargonium graveolens. Son potentiel en tant que substitut de l’huile de rose a été immédiatement reconnu par les colons européens. Il fut alors ramené en Europe puis sélectionné et cultivé de manière à maximiser ses accents de rose. Les Français l’ont ensuite produit à grande échelle sur l’ile de la Réunion, où il est devenu connu sous le nom de Géranium Bourbon. Des producteurs sud africains ont depuis ramené cette variété en Afrique du Sud et le pays est aujourd’hui l’un des plus grands producteurs mondial d’huile essentielle de Géranium.

Finalement voilà ce qui rend les parfums sud-africains si uniques: un retour aux sources. L’opportunité de célébrer notre incroyable biodiversité à travers les odeurs, et tout cela grâce à la modernité de la parfumerie naturelle et de ses méthodes d’extraction. Le parfum permet de boucler la boucle.

Un grand merci à Marie Aoun pour cette interview exclusive avant lancement. Cliquez ici pour découvrir sa gamme de parfums et soutenir ce beau projet qu’est Saint d’Ici!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s